Suivez-moi

Paris-Tours 2019, en immersion dans la Team Total Direct Energie

Comment me suis-je retrouvé dans cette aventure ? J'ai tout simplement été tiré au sort à la suite d'un challenge Strava auquel je m'étais inscrit.

Les vélos attendent les coureurs 😁
Me voici donc à Chartres ce 13 octobre. Je suis attendu par Thierry MOUSSU au bus Total Direct Energie. A mon arrivée l'équipe est dans le bus pour le briefing d'avant-course. En attendant j'observe les vélos disposés le long du bus. Du matos au top évidemment, j'en soupèse un... une plume. Les coureurs sortent du bus et se rendent à la signature et à la présentation de l'équipe. J'en profite pour faire une petite visite du bus. C'est grand confort, la classe !

Il est temps de prendre le départ. J'ai la chance d'embarquer dans la voiture du directeur sportif de Total Direct Energie, Lylian LEBRETON. Les voitures des directeurs sportif ont, après tirage au sort, une place dans la file qui suit la course. Nous sommes en 18ème position (sur 23). Je ne sais pas comment s'organise le flot des véhicules suiveurs, mais je vais vite le savoir... Thierry MOUSSU me prévient que la conduite est sportive !

Première crevaison
Le départ fictif de 10 kilomètres est donné, histoire de sortir de Chartres. A bord de la voiture il y a aussi un mécanicien prêt à bondir pour dépanner les coureurs. Niveau navigation embarquée : gps, tablette avec le parcours et le profil, télé pour suivre la retransmission. La radio officielle de la course, qui sans relâche donne toutes les infos utiles. C'est le directeur sportif qui doit analyser toutes ces données et les transmettre aux coureurs équipés d'oreillettes.
Nous sommes tout de suite dans le feu de l'action. La radio annonce une crevaison, la voiture déboîte et remonte toute la file ! Un coureur est arrêté (Niki TERPSTRA), le mécano sort une roue à la main et dépanne très rapidement ! C'est un petit avant goût de ce qui nous attend !

Le plein de bidon
Le départ réel est donné. Je suis un observateur et je reste discret pour ne pas perturber le travail et la concentration de Lylian LEBRETON. Le vent défavorable est très fort et quelques coureurs tentent de secouer le peloton. C'est très déroutant de suivre la course de l'arrière via la radio. Nous sommes en plein cœur de la course en ne voyant pas les avants postes. Des chutes, des crevaisons, des échappés et la venue des coureurs près de la voiture pour prendre des nouvelles et des bidons. Il se passe toujours quelque chose, et c'est ainsi pour les 23 équipes. Donc beaucoup de mouvements, de coups de klaxon. Il faut slalomer entre les voitures, les motos et les coureurs. Un bordel très organisé finalement, vu d'un non-initié comme moi. Chaque heure de course la radio annonce les kilomètres parcourus, 34/35 km/h en moyenne avec un vent défavorable de 40/50 km/h me laissent sans voix (ça ira beaucoup plus vite dans seconde partie, 5 h 34 pour 216 km) ! Lylian LEBRETON plaisante en disant qu'ils traînent cette année... De mon coté on est loin des BRM et du PBP, c'est de toute façon incomparable. C'est sur ces faits de course que les 100 premiers kilomètres sont avalés. Pas le temps de s'ennuyer !!!

Chemin de vigne
Visiblement le moment clé de la course se situe à la sortie de Vendôme, après le ravitaillement de la mi-course. Lylian LEBRETON donne les consignes à ses coureurs. Je sens que la tension monte progressivement au fur et à mesure que l'arrivée approche. Comme prévu les attaques s'enchaînent. Le peloton explose, des bordures se forment, il y a des coureurs partout. Je ne sais plus ou donner de la tête. Vers 15 h l'hélicoptère et les motos de la télé se joignent au cortège (on allume aussi le télé, très utile pour voir ce qui ce passe à l'avant). Le point d'orgue arrive pour les 30 derniers kilomètres et la dizaine de secteur de chemin de vigne (l'équipe avait reconnu cette portion en amont). De petites routes pleines de caillasse, les coureurs passent là-dessus à fond. Franchement impressionnant de voir ça de près ! Les gars sont des virtuoses, d'une habileté et une puissance qui imposent le respect ! En plus les sols sont secs ce qui dégage une poussière épaisse. Les coureurs lâchés en prennent pleine tronche. Niki TERPSTRA crève une seconde fois depuis le départ, il sera dépanné par une moto Mavic. Malgré tout il est très bien placé même si la victoire semble compromise. Il finira deuxième, l'équipe est très contente (le vainqueur du jour est Jelle WALLAYS, équipe Lotto Soudal) ! Au passage sous la flamme rouge symbolisant le dernier kilomètre, nous sommes dérouté pour rejoindre les bus.

A peine arrivé les vélos sont nettoyés
Quelle journée ! Je ne savais pas à quoi m'attendre en vivant cette expérience. Je suis tout simplement impressionné par toute cette organisation. Une équipe ce n'est pas simplement des mecs qui pédalent. Il y a des dizaines de personnes qui gravitent autour et chacun a un rôle bien défini tout au long de la course. Une équipe c'est aussi une entreprise très structuré, soutenue par des sponsors, avec là aussi du personnel. Et j'ai le sentiment que tous sont engagés (chacun à son niveau) dans un objectif de performance (contrairement aux entreprises lambda où tout le monde se tirent dans les pattes, enfin c'est ce que je vois tous les jours). Quand on voit à la télé le vainqueur lever les bras à l'arrivée, on n'imagine pas toute cette énergie déployé par ses hommes et ses femmes de l'ombre.
Je ne peux finir ce compte-rendu sans parler du rôle du directeur sportif en course car c'est ce que j'ai vu. Il doit gérer une multitude d'événements et réagir immédiatement, tout en conduisant (un vrai pilote). J'avais l'impression d'être à coté d'un mutant avec 4 oreilles et 8 bras !! Une fois sorti de la voiture je lui ai demandé s'il n'était pas trop stressé. Il m'a répondu en riant : si, et c'est comme ça tous les jours !!

En résumant : j'ai suivi une course cycliste en faisant un rallye automobile.

Merci à l'équipe Total Direct Energie de m'avoir accueilli sur ce Paris-Tours. J'ai passé une journée que je ne suis pas prêt d'oublier !

Album photo


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire